/_images_upload/_tn_572bf34915d3ded2.jpg
Vos experts du recrutement franco-allemand

 

Recherche avancée

Mot de la semaine

Découvrez chaque semaine une nouvelle expression utilisée par nos voisins outre-Rhin.

Maintenant que vous maîtriser les expressions allemandes comme si vous étiez nés outre-Rhin, n’hésitez pas à consulter les offres d'emploi au pays de la langue de Goethe.


Autrefois, certaines femmes avaient comme habitude de cacher des objets secrets dans leurs boîtes à ouvrage. Ces dernières étaient considérées comme le cachette parfaite, où aucune main indiscrète ne pouvait se glisser. Les femmes qui recevaient des lettres d'amour, à titre de d'exemple, les cachaient dans ces fameuses boites et les resortaient pour en discuter, lorsqu'elles se retrouvaient ensemble pour coudre. Encore aujourd'hui, on utilise cette expression pour décrire quelqu'un qui aime partager à haute voix ses expériences privées et intimes. Un exemple tristement célèbre pour illustrer cette expression est celui d'Effi Briest, personnage du roman éponyme de Theodor Fontane. Son mari y trouva des lettres d'amour et découvrit ainsi la liaison extraconjugale de son épouse.


Vous connaissez ça? Vous avez dejeuné avec des connaissances, avec la famille de votre nouveau copain peut-être ou bien avec vos collègues. Le repas est au milieu de la table, tout le monde se sert et ça vous plaît bien. Jusque là – tout va bien ! Mais qu’est-ce que vous faites avec le tout dernier bout du repas qui reste seul dans le plat ? Ce dernier morceau du repas que personne n’ose le prendre, par bienséance, bien sûr – c’est ce qu’on appelle en Allemagne le « Anstandshappen » (littérairement le « morceau de courtoisie »). En revanche, le manuel de savoir-vivre a désormais beaucoup changé et ce n’est plus forcément nécessaire de se retenir : Si le repas était délicieux, l’hôte aimerait bien le savoir !


Imaginez-vous que vous êtes en train de renégocier votre salaire avec le patron de votre entreprise. Vous êtes sans aucun doute sûr que vous méritez une augmentation de salaire grâce à votre zèle, votre travail toujours impeccable et les bons résultats que vous livrez. Toutefois, votre patron ne vous accordera qu'une petite augmentation qui ne correspond pas du tout à vos attentes et à vos efforts. Il ne se laisse pas dissuader de son opinion et met fin à la suite des négociations. Quand vous parlez plus tard avec vos collègues allemands, vous entendez "Da kannst du nichts dran ändern, er sitzt am längeren Hebel".Cette expression allemande signifie littéralement ""avoir le levier le plus long". Cette personne exerce le pouvoir et d'autres personnes doivent se plier à sa décision. En ce qui concerne le levier, il est utilisé pour déplacer un poids sans le moindre d'effort. Plus le levier est long, moins vous devez y mettre votre force.


En Allemagne, on parle de « Tante-Emma-Laden » (magasin Tante Emma) pour décrire des tout petits magasins de détail qui sont aujourd’hui en voie de disparation mais existent toujours dans des petits villages ou quartiers de ville pour fournir un maximum de produits d’usage quotidien (aliments, produits ménagers, articles de papeterie…) aux clients.
L’expression provient vraisemblablement des années d’après-guerre : A l’époque, les magasins de détail ont souvent été tenus par des femmes seules et d’un certain âge avec un accueil très chaleureux, une sorte de « Tante ». Le prénom « Emma » s’est imposé, car il a été très répandu à cette époque. D’ailleurs, un « Tante-Emma-Laden » existe à Paris dans le 10ème arrondissement où l’on peut trouver toutes sortes d’articles typiques en provenance de l’Allemagne. http://www.tante-emma-laden.fr.


Ce terme trouve son origine au 19ième siècle, époque où les paysans graissaient régulièrement leurs chaussures pour les entretenir. Ils avaient l’habitude de poser une jatte contenant la graisse à côté de la porte d’entrée pour que les invités puissent s’en servir selon leurs besoins. De temps en temps, il leur arrivait de marcher dans la jatte et de marquer leurs empreintes sur le plancher – au grand mécontentement de la paysanne qui devait tout nettoyer. L’expression «ins Fettnäpfchen treten » correspond donc à une personne maladroite qui aborde le mauvais sujet au mauvais moment. En français, ce terme est comparable à l’expression “mettre les pieds dans le plat”.


Nous connaissons tous ce genre de situation : nous essayons de faire quelque chose mais n’y parvenons pas. On réessaie encore et encore, mais ça ne marche pas. Un Allemand dirait dans cette situation : « Da ist der Wurm drin! ». Mais pourquoi, selon les Allemands, c’est un ver qui est responsable ? De manière générale, que ce soit le ver qui s’est implanté dans une pomme ou dans le bois de la charpente de toit – cela ne signifie rien de bon ! Nous utilisons cette expression quand les choses se passent mal de manière répétée sans y voir la raison.


Quoique cette expression allemande soit largement répandue, son origine est obscure et hypothétique. Le verbe « moppen » signifie essuyer le sol avec un balai à franges, « doppelt » veut dire « doublement ».
Imaginons que vous nettoyez le sol deux fois de suite – pas vraiment plus efficace que si vous le faisiez une seule fois. Par conséquent, cette expression se réfère à des actions ou des récits faisant double emploi bien que n'étant pas nécessaires. Exemple : le petit nain, les 2 jumeaux, mon avis personnel, une star célèbre…
Autre exemple : Vous répétez à 1 h d’intervalle à votre ami : « Tu n’oublies pas qu’on a rdv à 20h devant le cinéma ce soir ! » Il vous rappelle que vous le lui avez déjà dit il y a peu de temps. Vous pouvez alors répondre : « Ich weiß, aber doppelt gemoppelt hält besser!“


Cette expression allemande se réfère au comte d’Anjou qui a vécu au Moyen Age en France. Cet homme riche et très respecté avait pourtant un grand souci : une tumeur laide et épaisse étalée sur son pied. Par conséquent, les chaussures de l'époque ne lui convenaient pas. Il demandait alors à un cordonnier de lui faire de grandes chaussures en forme de bec pour pouvoir y cacher ses énormes pieds. Le comte d’Anjou, connu et admiré par tout le monde, a inspiré avec son nouveau style de chaussures ses concitoyens, qui souhaitaient également porter des chaussures aussi longues que les siennes. Seules les personnes aisées pouvaient se permettre d’en acheter et donc de « vivre sur un grand pied ». Qui vit littéralement sur de grands pieds est pour les Allemands quelqu’un qui dépense beaucoup d'argent pour son propre confort de vie.


Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette expression allemande ne se réfère pas du tout aux personnes enrhumées. Quelqu’un qui « en a plein le nez» se trouve dans une situation qui l’énerve et où il arrive à saturation de devoir supporter quelque chose qu’il n’aime pas. Autrefois, les détenus recevaient des coups sur le nez en guise des sanctions (en allemand : die Nase vollgehauen bekommen). Au fur et à mesure, cette tournure s’est popularisée et s’est inscrite dans le langage courant. Quand un Allemand dit alors : « Ich habe die Nase voll ! », cela ne signifie rien d'autre que « J’en ai ras le bol !».


Imaginons que vous êtes sur une fête foraine et votre ami vous a convaincu de monter dans un manège que vous n’avez encore jamais fait. Certainement, vous avez un peu peur des sensations qui vous attendent. Un Allemand dirait alors : « Ich hab voll Muffensausen. »(« J’ai la trouille ») pour vous décrire son état d’âme. Cette expression allemande est un synonyme pour « peur » ou « panique », également utilisée avant un examen qu’on appréhende, un premier passage sur la scène d’une salle de spectacle etc.


En général, cette expression décrit une situation où quelque chose se fait très vite et sans réfléchir. Souvent, les Allemands utilisent l’expression « Hals über Kopf » (= cou au-dessus de la tête) au moment de tomber amoureux de manière inattendue et avec des sentiments tout de suite très forts. Par exemple : « Wir haben uns Hals über Kopf ineinander verliebt ». Par ailleurs, on peut aussi utiliser cette expression comme synonyme de « en hâte » ou « précipité ». Par exemple : « Der Dieb hat sich Hals über Kopf davon gemacht. » (Le voleur s’est enfuit à toutes jambes.)


La lettre B de l’expression allemande « Vitamin B » est une abréviation pour « Beziehung » (=relation) et elle se réfère à des relations personnelles qui peuvent être utiles dans la vie professionnelle. Un exemple : Tu postules à un poste dans l’entreprise où ton père a travaillé toute sa vie. Il te recommande auprès de son chef et ceci augmentera probablement de manière considérable tes chances d’être pris. Une fois embauché, tu pourras dire : « Ich habe den Job über Vitamin B bekommen (= J’ai eu le poste grâce à la Vitamine B) » !


Vous étouffez dans le bureau surchauffé et rêvez d’ouvrir la fenêtre, mais votre collègue se met un gilet en plus et vous prie de laisser la fenêtre fermée ? Elle est certainement une « Frostbeule » ! La traduction littéraire de cette expression allemande est « engelure » ou « bosse de froideur ». En Allemagne, on désigne ainsi les personnes qui portent un manteau d’hiver alors que les autres sont en T-shirt et qui grelottent alors que les autres transpirent. Bref, les « bosses de froideur » sentent beaucoup plus intensément le froid que d’autres personnes et, en général, le font savoir à leur entourage.

Le terme „Eselsbrücke“, qui se compose des deux mots „Esel“ – âne, et « Brücke » - pont, signifie en français un moyen mnémotechnique. Les ânes, qui servaient jadis comme moyen de transport, ont généralement un peu peur de l’eau. Quand les hommes arrivaient avec leurs ânes à une rivière, ils ont construit des petits ponts pour que les ânes puissent traverser l’eau plus ou moins sans se mouiller. De la même façon que le pont établit une liaison entre les deux bords de la rivière et facilite la traversée, le moyen mnémotechnique établit un lien entre deux idées et facilite la mémorisation. Exemple pour mémoriser l'ordre chronologique des chanceliers en Allemagne:
"Alle ehemaligen Kanzler bringen sonntags keine Schokolade mit." -> Adenauer, Erhard, Kiesinger, Brandt, Schmidt, Kohl, Schröder, Merkel


Cette expression est utilisée quand quelque chose arrive de manière totalement inattendue et n’était pas prévisible. On dit aussi « wie ein Blitz aus heiterem Himmel » (comme un éclair qui survient d’un ciel parfaitement dégagé). Quelques exemples : « Aus heiterem Himmel lief ein Reh auf die Fahrbahn. » « Die Einladung zum Geburtstag von Susanne kam aus heiterem Himmel. »


Tout le monde a une « tomate infidèle » parmi ses amis - quelqu’un qui est peu fiable, qui ne tient pas sa parole ou qui ne donne pas souvent de ses nouvelles.
L’origine de cette expression remonte probablement à l’époque de la 1ère Guerre mondiale. Quand celle-ci se déclenche en 1914, l’Italie refuse d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne, malgré le fait que ces deux pays étaient liés par une alliance depuis 1882. La goutte qui a fait finalement déborder le vase pour les Allemands était un accord secret entre l’Italie et les Forces Alliées (France, Russie et Grande-Bretagne) en 1915.
Etant donné de la météo plus favorable, les Italiens cultivaient et mangeaient depuis toujours beaucoup plus de tomates que les Allemands. Pour les Allemands, l’Italien infidèle se transformait alors en "tomate infidèle".


111, 2222, 77, 777 – trouvez-vous le point commun entre ces chiffres ? Exact, ils se forment par la répétition d’un seul chiffre et c’est ce que les Allemands appellent une “Schnapszahl».
Pourquoi ? Deux explications possibles sont à l’origine de ce nom :
1. Le terme pourrait provenir du domaine des jeux de cartes. En additionnant les points obtenus pendant le jeu, le joueur qui atteint une « Schnapszahl » est obligé de payer une tournée aux autres. Comme le schnaps se boit plus vite et coûte moins cher qu’un verre de vin ou de mousseux, il s’est manifesté comme boisson de choix au cours du temps.
2. Si on boit trop d’alcool, il se peut qu’on commence à voir en double voire même en triple. Au lieu de voir alors un simple 4, on voit 44 ou 444. Quand on commence à voir 4444, il est fortement conseillé d’arrêter de boire :-)


Considérons qu'une entreprise allemande souhaite s'implanter sur le marché français.
Après une certaine période de temps, elle se rend compte que la concurrence est plus compétitive que prévu, et que les clients préfèrent rester au sein de cette dernière.
Dans ces conditions, plutôt que de baisser les bras, la direction a tout intérêt à sortir le grand jeu pour atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés. En langue allemande, on parle alors de « tirer tous les registres ». Cette expression fait référence à l’orgue. En effet, un jeu d’orgue (également appelé registre) combine plusieurs tuyaux, et plus l’organiste en tire, plus la musique sera forte.

Vous aimez les cerises? Tout à fait comme les gens du Moyen Âge! Sauf, à cette époque-là, les cerises étaient un produit rare et en conséquence très cher. Seuls les gens bien situés étaient capables de s’offrir ce « luxe ». Ils se donnaient rendez-vous dans leurs jardins privés pour y manger tranquillement leurs cerises. De temps en temps, des hôtes non invités se mêlaient à ce « petit cercle noble » afin de recevoir une part du gâteau. Pour les chasser au plus vite, on leur crachait dessus avec des noyaux de cerises. L’expression allemande est utilisée quand une personne est désagréable, arrogante, pas facile à vivre.


Connaissez-vous cette situation : Une personne que vous aimez bien vous demande votre opinion sur un sujet particulier. Toutefois, la vérité serait tellement désagréable que vous vous sentez obligé de trouver une meilleure façon de la lui dire. Pour de telles situations, nous vous donnons un conseil : dites-le « à travers des fleurs » ! Que signifie cette expression allemande ? Depuis la nuit des temps, les fleurs ont toujours été utilisées pour exprimer nos sentiments. Par exemple, les roses représentent l'amour. Lorsque une personne offre une rose rouge à celui ou celle qui a volé son cœur, tout le monde comprendra son intention. En parlant à quelqu’un « à travers des fleurs », nous souhaitons en réalité lui faire comprendre quelque chose de manière sous-entendue, avec des mots mieux choisis. Si un jour une de vos amies vous demande votre avis sur une robe qui, selon vous ne lui sied pas bien, vous aurez intérêt à lui donner votre avis « à travers des fleurs » !


Vous allez souvent entendre cette expression allemande dans des situations où vous ne devez pas perdre courage. Par exemple, en cas de maladie ou de difficulté. Si l'on vous conseille de « tenir les oreilles raides », cela signifie qu’il faut rester fort et courageux et ne pas se laisser abattre par quelqu'un ou quelque chose. Cette expression plonge ses racines dans le règne animal. Quand les chevaux, les ânes ou encore les chiens sont attentifs, ils tiennent leurs oreilles raides et pointues. Par contre, si leurs oreilles sont couchées, cela signifie qu’ils sont fatigués ou inattentifs.


Vous avez passé de magnifiques vacances à la plage - 2 semaines de repos et de détente. Une fois retourné au bureau, vous avez envie d'impressionner vos collègues. L’histoire du requin qui vous a attaqué mais que vous avez pu effrayer est captivante, mais sans doute un peu exagérée. Votre collègue allemand vous dit alors : « Du willst mir doch einen Bären aufbinden! ». Evidemment, il ne pense pas que vous voulez lui attacher un ours sur le dos, mais il a très bien compris que votre histoire n’est pas vraie. Les Allemands utilisent cette expression pour exprimer que quelqu’un, de toute évidence, ne dit pas la vérité en espérant que les autres le croient toutefois. Si vous avez l’impression que quelqu’un vous mène en bateau, que faites-vous ?


L’« Extrawurst » – en français littérairement « saucisse supplémentaire » – est un traitement à part accordé à une personne en particulier. On peut dire en Allemagne: « Il veut toujours avoir une Extrawurst » ce qui signifie que cette personne exige toujours d’avoir quelque chose de différent de ce qui est proposé. Le terme existe déjà depuis le moyen âge, quand la saucisse était un mets de choix. À cette époque, quand les pauvres avaient l’occasion de manger une « Extrawurst », c’était vraiment quelque chose de très exceptionnel pour eux. Par exemple : Quelqu'un demande au restaurant un plat qui n'est pas dans le menu malgré un grand choix à disposition.


Cette expression allemande provient du terme yiddish « Tacheles » qui se traduit par « but » ou « sens » (Ziel oder Zweck). Si un Allemand te demande alors de parler « Tacheles » cela ne signifie rien d'autre que de t’exprimer de manière claire et directe (« aller droit au but »).
Un autre synonyme pour ce dicton en allemand est „Klartext reden“.


Cette expression allemande est issue du Moyen Age. Lorsqu’on voulait parler au roi, un tapis était déroulé dans la salle du trône et il se terminait loin devant le trône. Pour mieux atteindre le roi avec leurs plaintes, les paysans ont souvent dépassé le bout du tapis et se trouvaient à même le sol ce qui n’était autorisé qu’aux courtisans. C’est là où ils étaient priés de « rester sur le tapis. »
Au fil du temps, cette expression a peu à peu changé de sens et elle est employée de nos jours pour faire appel au bon sens, à la modestie ou à un comportement raisonnable :
« Jetzt bleib’ aber mal auf dem Teppich! » est alors l’expression allemande pour rappeler à quelqu’un de garder les pieds sur terre.


Cette expression allemande tire ses origines du 17ème siècle. À l’époque, il n’était pas courant de confectionner des vestes et des pantalons avec le même tissu. Lorsqu’au cours du temps il est devenu à la mode d’utiliser la même matière pour l’ensemble d’un costume, les tailleurs ont baptisé ce nouveau style « Jacke wie Hose » (veste comme pantalon).
Si un Allemand emploie aujourd’hui l’expression : « Das ist doch Jacke wie Hose! », c’est une façon d’exprimer son indifférence vis-à-vis d’une chose. Si on vous propose par exemple pour le programme du week-end d’aller au cinéma, puis au bowling, ou d’aller au bowling en premier, puis au cinéma, et que ça vous est égal, alors c’est « Jacke wie Hose » !


„Du hast doch nicht alle Tassen im Schrank!“ est une phrase que personne n’aime entendre en Allemagne. Le mot « tasse » ne vient pas du récipient pour boire, mais du mot yiddish « toshia » qui signifie « raison ». Par conséquent, cette expression, qui s’est formée au cours du temps, désigne bel et bien que quelqu’un manque de « raison » ou bien d’intelligence. L’équivalent en français serait « Il te manque une case ! ». Les Allemands utilisent donc souvent cette tournure quand une personne fait ou dit quelque chose de stupide.


Il est lundi et la chaise de votre collaborateur reste vide, prétendument parce qu’il est souffrant. Mais vous pensez plutôt, qu’il s’est accordé un week-end prolongé en « faisant bleu ». En gros, il sèche le travail.
Une des explications possibles pour cette expression trouve son origine dans le domaine de la teinture. À l’époque, on teignait la laine en bleu avec de la couleur indigo. Un processus long qui exigeait un séchage à l’air tout le lundi avant de pouvoir continuer le traitement. Comme ils ne pouvaient qu’attendre, les artisans n’étaient pas obligés de travailler ce jour-là.


Cette expression allemande provient du terme
« Mummelputz » qui combine les deux mots
« vermummen » (qui signifie s’encagouler) et « Boz ou Butzemann » (le croque-mitaine). À partir du 17ème siècle, on a utilisé le mot « Mumpitz » pour décrire une créature effrayante ou un épouvantail. Deux siècles après, les boursiers de Berlin ont commencé à utiliser cette expression comme synonyme de « rumeurs » ou de
« non-sens ». Aujourd’hui, on peut dire « Das ist doch Mumpitz ! », une façon d’exprimer « Tu dis des bêtises ! ».


Selon une théorie, le terme provient du « yiddish », la langue des Juifs, qui vivaient en Allemagne à l’époque. Avec le temps, les mots yiddish « poschut » (=moins) et « cochem » (=intelligent) se sont transformés en « pusten » (=souffler) et « Kuchen » (=gâteau). « Pustekuchen » n’est donc pas un formidable « gâteau soufflé » mais s’utilise aujourd’hui pour faire savoir à une personne que ce n’est pas juste ce qu’elle dit ou qu’elle n’obtiendra pas ce qu’elle voudrait. En français, l’équivalent serait de dire
« Penses-tu ! ».


C’est l’été en Europe et la saison de laisser respirer sa peau pour attraper quelques rayons de soleil ! Pour ça quoi de mieux que s’habiller de vêtements légers et mettre des « Flip-Flops » aux pieds?! Les Allemands adorent porter des « Flip-Flops » en été. Par ailleurs, selon une théorie, leur nom provient du bruit qu’on fait en marchant avec ce type de sandales…flip-flop-flip-flop-flip-flop…Exactement ! Ce sont des tongs.


Cette expression allemande est composée de deux mots : « naschen » (qui signifie grignoter quelque chose de sucré) et « Katze » (le chat). Le « Naschkatze » est une personne qui adore grignoter toute la journée, que ce soit du chocolat, des bonbons ou un petit muffin. Entre tous les repas, le snack sucré est obligatoire ! Même après un dîner complet, le « Naschkatze » va sûrement prendre encore un bon dessert. Ce qui ressemble le plus en français est « être un grand gourmand ». Chez les Ch’tis, on utilise l’expression « bouqu'a chuque » (bouche à sucre).


Si on traduisait le terme „schwarzfahren“ littéralement en français, ce serait « voyager en noir ». On parle d’un „Schwarzfahrer“ ou d’une „Schwarzfahrerin“, quand la personne utilise les transports en commun sans disposer d'un billet ou abonnement valable.
Le terme « noir » provient selon différentes sources soit du fait que les activités illégales se déroulent la plupart du temps pendant la nuit, soit de l’habitude des contrebandiers de se noircir leurs visages pour se rendre méconnaissables.


L'expression „Schlafmütze“ (lit.: bonnet de nuit) est utilisée pour les personnes qui aiment faire la grasse matinée, c'est-à-dire dormir longtemps, ou qui sont en général plutôt lentes, inattentives et indolentes. Cette indolence peut se référer aussi bien à un état physique qu'à un état mental.
Ces bonnets étaient antérieurement portés par les hommes afin de garder leur tête au chaud et de se protéger des poux pendant la nuit. Déjà au 18ème siècle, on commençait à utiliser l’expression « Schlafmütze » pour des gens avec des traits de caractère comme décrit ci-dessus. Alors, vous êtes une "Schlafmütze" ou pas?