photo Berlin
/_images_upload/_tn_572bf34915d3ded2.jpg
Vos experts du recrutement franco-allemand

 

Recherche avancée
Terug naar overzicht
Culture
Emploi
Expatriation

Heures supplémentaires : quelles différences entre les salariés français et allemands ?

Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler .... Ce dicton que l'on pourrait croire plus adapté à la mentalité française du travail, semblerait in fine s'appliquer davantage à nos voisins allemands. Une étude* réalisée en janvier 2020 par kiwiHR auprès de 1000 salariés français et allemands montre en effet que si 90% des salariés des deux pays déclarent faire des heures supplémentaires, ils le font toutefois pour des raisons très différentes, voire opposées !  

Heures supplémentaires en France et en Allemagne
 

En France : Travailler plus pour gagner plus et... satisfaire sa hiérarchie ! 
 

Les Français réalisent en effet des heures supplémentaires d'abord pour arrondir leurs fins de mois. C'est en tout cas ce qui ressort de l'étude avec 43% des sondés qui affirment vouloir travailler plus pour gagner plus. Une formule qui ne semble pas s'appliquer de l'autre côté du Rhin où seulement 25% des personnes interrogées déclarent faire des heures supplémentaires pour en tirer un avantage financier. Pourquoi une telle différence ? Un coût de la vie plus élevé en France et des salaires moyens plus bas pourraient en partie expliquer cette situation. Plus d'informations sur les différences de salaire en France et en Allemagne dans la rubrique «Etudes de salaire»

Encore plus étonnant : la deuxième source de motivation des Français à travailler davantage reste d'obtenir la reconnaissance de leur hiérarchie (30%). Là encore les Allemands se démarquent car seuls 18% d'entre eux se disent sensibles à ce facteur. Des Français plus contraints donc de s'en tenir à une certaine culture d'entreprise ? Poids hiérarchique, importance du présentéisme et désir de reconnaissance semblent en effet rester des éléments constitutifs du système. 

 

En Allemagne : travailler plus oui mais... pour avoir plus de congés 
 

Les Allemands, eux, accordent beaucoup plus d'importance à la vie après le bureau et s'ils acceptent de travailler plus c'est, pour 30% d'entre eux, d'abord pour bénéficier de plus de jours de congés. Là encore des raisons structurelles sont à rappeler : en Allemagne, pas de politique de RTT et des temps de travail règlementaires sensiblement plus longs (semaine de 40h), ce qui a pour effet d'inciter à la récupération de temps libre. 

Mais la raison première des heures supplémentaires trouve également son origine dans la situation toute particulière des femmes en Allemagne. En effet, ces dernières, largement surreprésentées dans les emplois à temps partiels et les contrats dits précaires ("mini jobs") sont plus nombreuses à avoir besoin de plus de temps pour atteindre leurs objectifs. Elles font donc monter le pourcentage à 39% de ceux des Allemands qui déclarent faire des heures supplémentaires faute de temps nécessaire.  

Trouvez ici les réponses à vos principales questions sur les salaires, contrats de travail et impôts en Allemagne
 

Heures supplémentaires en France et en Allemagne
 

Une nouvelle législation en voie d'application ? 
 

Le fait est que, quelle qu'en soit la raison, plus de 70% des salariés français et allemands interrogés émettent un avis favorable à un meilleur suivi de leur temps de travail. Les nouvelles technologies, qui favorisent un accès permanent aux données professionnelles, et l'actuelle explosion du home office font que les règles du travail doivent évoluer pour assurer aux salariés de justes conditions de rémunération.  

Si la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) a déjà prononcé un arrêt en mai 2019 (CJUE aff. c-55/18a, arrêt du 14 mai 2019) quant à l'obligation pour les entreprises de l'UE de mettre en place des outils de suivi journalier pour tous les employés, il n'en reste pas moins que, dans la pratique, nous sommes encore loin du compte. 

Selon ce sondage datant de 2020, en France, seuls 48% des employés des entreprises de moins de 1000 salariés sont obligés d’enregistrer leurs heures contre 72% des Allemands. L'Allemagne fait encore ici figure de bonne élève, mais les méthodes utilisées sont encore très largement disparates (badgeuses, formulaires papiers) et peuvent être lourdes à mettre en place. D'où la nécessité de réfléchir à de nouvelles formes de suivi plus modernes et efficaces tels les logiciels RH. Et dans une période de crise sanitaire qui voit s'imposer le travail à domicile presque comme la nouvelle norme, ne serait-il pas temps de prendre à bras le corps ce nouveau défi ? 

 

*Enquête comparative “Le temps de travail vu par 1000 salariés français et allemands" (kiwiHR, 2020). eSondage réalisé avec Pollfish sur un échantillon de 500 salariés français et 500 salariés allemands représentatif de la population en termes de sexe, âge et secteur d’activité. 

 

Auteur : Magdeleine Walger 

 

À lire aussi

Le salaire minimum en Allemagne